conseils installation avocat independant

Quelques conseils pour l’installation d’un avocat indépendant

Selon les chiffres du Conseil National des Barreaux (CNB), il y avait 63 923 avocats en 2016 en France. Parmi les différentes façon d’exercer, à savoir en avocat individuel, en tant que collaborateur, associé ou encore salarié. On compte aujourd’hui 36% d’avocats en individuel. Et cette part ne cesse d’augmenter ! Voici quelques conseils à l’ installation avocat indépendant.

Formalités nécessaires lors d’une installation

Tout d’abord il vous faut procéder à plusieurs déclarations administratives.
La première concerne l’URSAFF : vous devez remplir le formulaire dit Po pl (référence Cerfa n°11768*04) afin de déclarer votre activité. Ce document va permettre de transmettre les informations nécessaires à tous les organismes en lien avec la situation professionnelle de l’avocat. C’est notamment ce document qui va permettre d’obtenir un certificat d’inscription par l’INSEE et l’obtention d’un n° SIRET. Ensuite, le CNBF doit être averti pour votre retraite. Le document sera reçu à l’adresse déclarée, il peut aussi être téléchargé sur le site www.cnbf.fr

Par la suite, l’avocat doit choisir la forme juridique du cabinet. Il peut s’agir d’une SARL, d’une SCP ou bien d’une AARPI (Association d’avocats à responsabilité professionnelle individuelle). Chaque statut a ses spécificités techniques et fiscales. Renseignez-vous sur ces formes sociales afin de trouver celle qui vous conviendra le mieux.

Quels sont mes principaux coûts d’installation ?

Au-delà des coûts nécessaires à l’attribution du local et au matériel (qu’il soit informatique ou autre), ce sont les charges sociales qui représentent le principal coût d’une installation de cabinet juridique. Elles correspondent à environ 30% du chiffre d’affaires. Le montant est calculé sur deux ans et fait l’objet d’une correction à partir de la troisième année.

Le financement du projet peut se faire sur vos fonds personnels ou avec le soutien d’une banque. Dans ce cas, il peut être intéressant de demander l’avis d’un expert-comptable sur la viabilité du projet. Cette analyse en amont permettra d’envisager les différentes possibilités de financement et, si besoin, de crédibiliser un dossier de demande de prêt. Sachez aussi que l’adhésion à une association de gestion agréée permet d’éviter une majoration de l’impôt sur le revenu et de garantir sa compatibilité.

Une fois installé, comment développer ma clientèle à moindre coût et gérer simplement ma facturation ?

Pour vous aider à développer votre clientèle sans avancer d’argent, nous avons développé izilaw !

izilaw est une plateforme dédiée aux avocats, aux notaires et aux huissiers, qui vous permettra de :

  • Valoriser vos compétences (domaines d’expertises, langues parlées, …)
  • Répondre aux besoins de vos clients en leur proposant une prise de rendez vous en ligne
  • Assurer la pertinence des nouveaux rendez-vous, via un outil de ciblage commercial
  • Sécuriser votre rémunération via un système de facturation et de paiement en ligne

Et ce n’est pas tout ! Pour devenir un partenaire de confiance, notre offre a été conçue au plus près de votre besoin :

  • l’inscription est 100% gratuite
  • l’abonnement est sans engagement
  • garantie de résultat : chaque mois, vous êtes prélevé uniquement si vous avez obtenu au moins un rdv via izilaw

Ainsi, vous ne prenez aucun risque financier : vous ne payez que si vous avez des retombées !

Vous souhaitez en savoir plus ? https://www.izilaw.fr/informations-professionnel

Vous avez besoin d’informations complémentaires ?

N’hésitez pas à parcourir ces sites et guides pratiques (liste non exhaustive).

  • Village de la justice a écrit plusieurs articles à ce sujet et organise des évènements.
  • Des initiatives sont présentes dans les différents barreaux. A titre d’exemple, le barreau entrepreneurial de Paris fournit une aide aux avocats entrepreneurs.
  • Le site www.installation-des-avocats.com s’adresse aux avocats qui souhaitent développer leur cabinet.
  • La Fédération nationale des unions de jeunes avocats (www.anaafa.fr ) dispose d’un guide pratique téléchargeable sur sont site.

Claire Banuls